ONU/UE : l’accueil des réfugiés doit être partagé plus équitablement

AA/Berlin / Ayhan Simsek

De hauts responsables des Nations Unies et de l’UE ont appelé, mardi, les pays du monde à partager de manière plus équitable la responsabilité de l’accueil des réfugiés.

« Nous ne pouvons pas continuer à opérer dans un monde où huit pays accueillent plus de la moitié des réfugiés et huit donateurs accordent au-delà de 70 à 80% du financement » a alerté le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, lors d’une conférence de presse dans la capitale allemande.

« Cela doit être réparti de manière plus égale, parce que c’est un phénomène, c’est un problème, c’est une question qui concerne le monde entier » a-t-il insisté.

Grandi s’est joint à des responsables de l’Union européenne (UE), de la Banque mondiale et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour une réunion sur la crise des réfugiés, organisée à Berlin avec la présence du ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Le Commissaire européen chargé de la migration, Dimitris Avramopoulos a, pour sa part, affirmé que la situation provoquée par la crise des réfugiés est une plus grande menace pour l’Union européenne que la crise financière et économique.

« Quelques années auparavant, en Europe, certains pensaient que ce serait la crise économique qui menacerait le projet européen. Mais ce n’est pas le cas. C’est précisément la crise des réfugiés et de la migration. Ce qui menace l’Europe maintenant, c’est la montée du populisme, du nationalisme et de la xénophobie » a noté Avramopoulos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *