Turquie : Le président Erdogan appelle les investisseurs à ne surtout pas geler leurs apports financiers

AA – Ankara – Nur Gülsoy

Le président de la République turque, Recep Tayyip Erdogan a appelé les investisseurs à ne surtout pas geler leurs investissements.

Le chef d’État turc s’est exprimé au Parlement, vendredi à Ankara.

Il a commenté la situation d’état d’urgence instauré après le soulèvement militaire avorté le 15 juillet.

Remerciant tous les députés et les partis politiques qui ont soutenu la décision, Erdogan a lancé un appel aux investisseurs.

«Ne gelez pas vos investissements, poursuivez les avec conviction, a-t-il déclaré. En tant que gouvernement, nous ne gèlerons pas les nôtres.»

Quant aux discussions sur l’avenir de l’économie du pays, Erdogan a assuré que l’économie turque est assez puissante pour faire face à la situation.

«Certains estiment que la Turquie rencontrera des problèmes financiers, mais ils se trompent, a-t-il lancé. Nous avons pris nos précautions à ce sujet.»

Le président a exprimé sa tristesse vis-à-vis de l’attaque aérienne contre le Parlement, lors du soulèvement.

«Lorsque j’ai vu l’état du Parlement turc (après qu’il a été bombardé lors du soulèvement militaire) j’ai ressenti une profonde tristesse, a-t-il affirmé. Attaquer le Parlement, c’est attaquer le peuple.»

Et Erdogan de poursuivre: «Nous avions connaissance de l’organisation terroriste séparatiste (PKK), de Daech, du PYD, du YPG. Nous avions connaissance de l’organisation étatique paralèlle, sous la définition d’un groupe religieux, qui travaille autour de l’éducation, mais qui n’a rien avoir avec les armes. Cependant, ils ont frappé le peuple turc avec des armes, des avions, des hélicoptères, des tanks.»

Le président a fait remarquer que les “virus qui se promènent” [les membres de l’organisation terroriste FETO/PDY], pensent qu’«il y aura une deuxième ou une troisième étape».

«Venez avec toutes les étapes que vous voulez», a conclu Erdogan, en appelant aussi les concitoyens à manifester dans la rue contre les actes du 15 juillet.

Des membres de l’organisation terroriste parallèle FETO dirigée par Fetullah Gulen (personnalité religieuse en exil volontaire aux États-Unis d’Amérique), infiltrés dans l’Armée turque, ont tenté un soulèvement le 15 juillet.

Les dirigeants de l’État ont appelé le peuple à descendre dans la rue pour manifester contre le soulèvement. Les putschistes ont tiré sur les manifestants dans plusieurs lieux, notamment sur le pont du Bosphore à Istanbul. Les manifestations continuent depuis cette date.

De même plusieurs bâtiments ont été bombardés, dont le siège du Parlement et la Police d’Ankara.

La tentative a été déjouée et plusieurs fonctionnaires publics, dirigeants, membres du système judiciaire ont été limogés et suspendus de leurs fonctions dans le cadre des enquêtes menées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *