L’adhésion de la Belgique au Global Partnership for Sustainable Development Data

Aujourd’hui à New York, le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo a annoncé l’adhésion de la Belgique au Global Partnership for Sustainable Development Data (GPSDD). Cette alliance mondiale entre États, secteur privé et ONG vise l’amélioration de l’accessibilité, de la qualité et de l’analyse des données. L’objectif est, par ce biais, de renforcer l’efficacité de la politique de développement durable. L’amélioration de l’utilisation des technologies numériques et des mégadonnées pour le développement figure depuis peu au centre de la politique de développement belge.

À l’international, la Belgique joue un rôle pionnier sur le plan de la numérisation pour le développement. Sous l’impulsion du ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo qui est également compétent pour l’Agenda numérique, la Belgique travaille activement au renforcement de l’impact de la politique de développement international en misant davantage sur l’utilisation des technologies numériques et du  big data. La Belgique a été invitée à adhérer au GPSDD en raison de son rôle pionnier.

Au sein du GPSDD, la Belgique s’engage, entre autres, à soutenir ses pays partenaires dans la collecte et l’analyse de données pertinentes en partenariat avec le secteur privé et la société civile, à développer l’infrastructure et les compétences requises pour mener une politique de développement durable efficace tout en protégeant la vie privée des citoyens. Sur les plans national, européen et multilatéral, la Belgique continuera à miser sur l’intégration de la numérisation dans la politique de développement et le bon suivi des Sustainable Development Goals (objectifs de développement durable).

Rôle des données dans l’efficacité de la politique climatique

Le jeudi 22 septembre, le Ministre De Croo prononcera également le discours inaugural à l’occasion de la réunion de haut niveau (High-Level Event) intitulée Harnessing the Data Revolution for Climate Resilience destinée à approfondir le rôle des données concernant l’efficacité de la politique climatique. Dans le cadre de cette réunion de haut niveau, les participants feront une déclaration commune soulignant l’importance des données pour l’amélioration de la politique climatique.

Trop souvent, les données pertinentes pour la politique climatique ne sont pas disponibles ou alors elles ne sont pas suffisamment détaillées ou bien sont de mauvaise qualité. Or l’utilisation des données (numériques) peut constituer une plus-value de différentes manières: le monitorage des changements climatiques et des phénomènes y relatifs est plus efficace; les données numériques permettent d’optimiser la gestion des machines et des installations utilisées dans le domaine des énergies renouvelables, et de les rendre plus efficaces et plus écologiques; la population est mieux informée, et plus rapidement en cas d’intempéries extrêmes, et les secours peuvent être mobilisés plus rapidement en cas de catastrophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *