Le député Sevket Temiz réclame des comptes concernant le retard des pompiers pour l’ouverture d’un établissement

Dans le cadre d’un dossier d’urbanisme, le SIAMU (les pompiers) doit donner un avis positif afin de permettre au gérant d’un établissement de pouvoir ouvrir ses portes.

Déjà soumis à une longue et laborieuse procédure, les gérants doivent effectivement avoir les reins solides pour accuser réception de tous les documents nécessaires pour cet accès à l’usage de la profession.

Rajoutez à cela, les coûts parfois exorbitants de chaque document pour être en ordre légalement, bref, un vrai calvaire qui démotive plus d’un entrepreneur qui finalement abandonne peut-être un projet de vie.

Dans cette perspective, Sevket Temiz, député bruxellois, soulève le problème des retards accusés par le service SIAMU dans le cadre de l’obtention ou non d’un avis positif.

En effet, il s’avère que dans plusieurs cas rapportés par des citoyens au député, un délai de parfois 6 mois à un an mette le projet commercial d’un citoyen en suspend malgré toutes les contraintes s’y afférentes.

Evidemment, les loyers non-consommés, les cotisations sociales qui tournent tel un compteur d’électricité et toutes les charges patronales attendent inextricablement toujours l’entrepreneur au tournant.

Voici les questions du député adressées à Cécile Jodogne, Secrétaire d’État chargée du Commerce extérieur et de la Lutte contre l’Incendie et l’Aide médicale urgente de Bruxelles :

  • Quel est le nombre exact d’agents qui occupent la fonction de contrôleur au sein du SIAMU et qui sont habilités à vérifier les chantiers soumis à un permis d’urbanisme en Région bruxelloise ?
  • Quels sont les obstacles au sein du SIAMU qui génèrent des retards pour les dossiers urbanistiques, à part le manque de personnel qualifié pour ces contrôles ?
  • Quel est le budget annuel consacré par le SIAMU à l’engagement et à la formation du personnel au sein de l’entreprise ?

Un manque de personnel dans ce service (33 agents) est la raison de tous les retards accumulés dans le cadre de ces passages.

Enfin, « Le service a, à cet égard, été renforcé et le sera encore à l’avenir, ce qui devrait contribuer progressivement à un traitement des dossiers dans de meilleurs délais. » rapporte Cécile Jodogne à la question du député.

Erkan Ozdemir / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *