Mondial 2018 à Schaerbeek : Au Crossing, un Belgique-Brésil mieux qu’en vrai !

Contre toute attente, la victoire des belges en Russie est une réalité. Malgré un début assez compliqué, les « Diables » ont mis la pâtée aux brésiliens.

Dans cette effervescence inhabituelle, le stade communal de Schaerbeek (Crossing) a fait salle pleine ou plutôt gradin plein.

Plus de 4000 personnes étaient venus assister à ce match sans précédent ce vendredi 06 juillet sous un coucher de soleil des plus agréables.

Les enfants partageaient le plaisir d’être au plus près de l’écran géant installé pour l’occasion. En effet, confortablement assis sur la pelouse, les enfants menaient bon train les encouragements à leurs favoris en rouge aussi sur un terrain vert mais en Russie.

Les plus grands ont investi les gradins archicombles afin de supporter à coup de percussions ou de trompette de supporters.

Les politiques schaerbeekois étaient à quasi l’unanimité tous présents.

On pouvait recenser le bourgmestre de la Cité des Anes, le désormais presque reconduit pour une nouvelle législature communale Bernard Clerfayt parmi les plus férus en faveur des belges.

Sophie Querton, cheffe de groupe des « Libéraux Schaerbeekois » au conseil communal 1030, ne pouvait plus se passer de sautiller dans l’espoir d’assister à une nouvelle performance de la Belgique.

Une véritable acharnée d’une cause noble, Sophie est d’ailleurs co-fondatrice de « Refugees got Talent ». Il s’agit en fait d’une asbl apolitique située à 1000 Bruxelles dont le but principal est d’organiser des ateliers artistiques d’intégration des réfugiés-artistes par la musique.

Aurélie Meunier, présidente du PTB de Schaerbeek, affichait un grand sourire. Accompagné de son fils et surtout paniquée à l’idée de le perdre de vue eu égard du nombre de personnes, elle était fière de l’efficacité belge sur le terrain.

L’échevin de tutelle de l’événement sportif, Sait Kose, dont les cellules n’ont pas arrêté le processus de mitose sous cette chaleur, courrait de gauche à droite afin que l’organisation soit irréprochable.

L’échevin de la culture française, Sadik Koksal n’était plus seul mais bien accompagné !

Les conseillers communaux Hasan Koyuncu, Done Sonmez, Ibrahim Donmez et Abobrakre Bouhjar criaient de joie au rythme des percussions qui résonnaient dans le stade.

Des bouilles connues de Saint-Josse avaient aussi fait le déplacement pour visionner le match depuis la pelouse du Crossing : le gérant de la marque « Snack Tetik », Serdar Tetik et son fils, Hakki Mazibas, Mustafa Salar et Mehmet Unal prenaient place dans l’assemblée.

Le président de l’asbl Eyad, Erdal Akdeniz, le businessman Mesut Ucar n’ont pas failli à leurs habitudes et se sont évidemment réjouis au terme des 95 minutes.

L’issue du match, désormais connue, a été une pure libération des supporters qui ont profité de cette plénitude en dansant sous les airs de la fameuse chanson : « Chef, un p’tit verre, On a soif » ou encore « A la Queue leu leu ».

Enfin, au vu de la croissance ininterrompue des érudits du football, l’échevin Sait Kose a déjà prévu des réunions pour que tout soit d’équerre lors de la prochaine affiche de ce mardi 10 juillet face à la France. Encore une fois, une grosse affluence est attendue et la sécurité doit être infaillible.

Erkan Ozdemir / La Manchette

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *