Saint-Josse : l’axe “Haecht-Méridien” en fête affiche des élus locaux inconnus au bataillon !

Comme plusieurs fois par an, la chaussée de Haecht et alentours ont pris des allures de fêtes pour sa partie tennoodoise.

Quand il s’agit de relance économique locale, la commune est très proactive et l’organisation d’une série exhaustive de braderie-brocante est mise sur pied selon un agenda annuel.

En effet, la demande est dense et émane des petites marques de certains quartiers qui y trouvent une véritable bouffée d’oxygène.

Ce samedi 8 juin, ce sont les habitants de l’axe « Haecht-Méridien » et alentours qui ont, en grande partie, profité de l’occasion pour vider leur cave et de s’improviser brocanteurs aux puces. La tâche n’est pas aussi simple qu’elle n’y parait. Appâter les baroudeurs, deviner le prix d’une vieillerie ; bref, rien de plus compliqué à faire.

Parallèlement à cela, chaque visiteur pouvait aussi trouver leur bonheur ça et là au rythme des cris des marchands ambulants. Entre le maïs bouilli dans l’eau d’Omer Bayboz, les fumées des diverses viandes grillées de Sahin Cabuk et la maroquinerie interminable, le choix de se restaurer en se pavanant dans les petites artères commerçantes tennoodoises devenait une véritable partie de plaisir.

Le facteur le plus important était évidemment la météo. Il y a nul doute que le plaisir est multiplié quand il s’agit de s’affairer à ce genre de tâches sous un grand soleil.

Indépendamment de l’aspect « apport financier », les mandataires du gouvernement local étaient, quasi à l’unanimité, tous présents pour s’entretenir avec les visiteurs et commerçants des rues revisitées.

Le bourgmestre Emir Kir, en tant d’organisateur principal de l’activité, a réuni, encore une fois, ses troupes en tant que bon leader de la commune.

Une parade de percussionnistes accompagnait les pas des politiques et les citoyens présents ont apprécié volontiers cette manière de voire leurs élus sous un autre angle.

Ce genre d’activité ludique a certainement un impact sur l’expression démocratique communale du 14 octobre 2018. Par la force des choses, les citoyens assistent à une valse de politiciens locaux qui, auparavant, n’ont jamais pointé le bout de leur nez et qui sont inconnus au bataillon.

Par contre, on peut souligner l’omniprésence de certains élus comme Emir Kir sur le terrain malgré la surcharge de travail de ce dernier.

E O / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *