Kadir Kus : De Bruxelles à Ankara, pour s’engager dans les rangs des forces militaires de Turquie

Kadir, ce jeune schaerbeekois, malheureusement en décrochage scolaire, a pris un tournant important dans le but de sa vie.

Faisant fi de toutes pressions contraires, il se décide bon gré mal gré de faire son service militaire en Turquie.

Il faut savoir que cette obligation a toujours été monnayable pour les euro-turcs. La loi turque relative à l’obligation du service militaire pour les euro-turcs a subi un gros lifting ces dernières années.

Au départ, les « soldats » belges enrôlés au consulat turc devaient s’acquitter d’un montant de 10.000 € et tout de même participer à une mini-prestation de 28 jours sur le sol turc. Ce petit mois est repris sous la formule de « la brigade des débutants ».

Les nouvelles dispositions ont conduit à une diminution du montant réclamé à 5.000 € sans devoir s’enrôler dans les rangs des soldats débutants en Turquie.
Enfin, le montant réclamé est diminué à 1.000 €, ce qui a évidemment provoqué une ruée vers le département du service militaire au consulat turc.

En revanche, tous les militaires turcs font leurs dents dans cette brigade avant d’être dispatchés sous les drapeaux de leur nouvelle aire d’infanterie.

Quant à Kadir Kus, il s’y est engagé, il y a déjà un mois, et vient de prêter serment selon la procédure habituelle avant d’être fantassin dans une région en Turquie.

Sa fonction était « Sentinelle de nuit ». Ses journées étaient principalement faites de :

5h30 : réveil / 6h30 : petit-déjeuner / 7h30 : comptage / 8h30 : début des exercices physiques / 12h : déjeuner / 12h30 : reprise exercices physiques / 17h00 : souper / 18h00 : repos / 22h : extinction des feux.

Kadir, lui, par rapport à sa mission de sentinelle, commençait sa surveillance à partir de 22h jusqu’à 06h du matin pour enfin aller dormir.

Les exercices physiques sont généralement composés de barre-fixe, pompage, abdominaux et course à pied. Les capacités physiques du soldat sont définies sur base des performances accomplies.

Le tri physique ainsi fait, un dispatching sera réalisé mais les compétences intellectuelles dérivent sur une sélection qui organisera dès lors les sous-officiers.

Finalement, Kadir Kus devra s’acquitter d’un service de 15 mois interrompu par de courts congés militaires.

E O / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *