Elections Schaerbeek Emel Kose et Yusuf Yildiz : “Nous avons toujours été mis de côté !”

Comme annoncé hier, voici les raisons principales qui ont poussées les conseillers communaux indépendants de la LB, Emel Kose et Yildiz Yusuf d’être démissionnaires de leur nouveau mandat politique.

En effet, les deux conseillers, désormais désolidarisés de la majorité schaerbeekoise, siégeront en tant qu’indépendants au nouveau Conseil Communal fraîchement installé.

Les membres de la majorité LB sont désormais à 25 sur un total de 47 sièges. Les quorums délibératifs seront peut-être mis à rudes épreuves pour les décisions délibératives côté majorité.

Voici les raisons invoquées par Emel Kose et Yusuf Yildiz :

Nous ne faisons plus partie de la LB car ils n’ont jamais voulu de nous !

« Que les choses soient claires, lors des élections, nous étions déjà indépendants sur la LB. Donc, quelque part, on avait déjà l’intention de rester dans ce statut depuis le début.

L’ancien échevin Sait Kose (LB) a, effectivement, été un relais pour notre entrée en politique mais cela s’arrête là. Les rumeurs, qui vont bon train en ce moment, et qui placent Sait Kose au centre de cette décision pourtant personnelle ne sont que fictions.

Défi nous a proposé jadis de devenir candidats de ce parti mais nous avions déjà refusé. A la suite de ce refus, nous avons été confrontés à un mur imposé par la majorité. Nous en avons pour exemple, des réunions desquelles nous n’étions pas au parfum ou encore une rétention d’informations dans le chef de la LB qui nous obligeait à aller à la pêche aux infos parfois importantes lors d’une période électorale. » commence par dire Yusuf Yildiz avec une aisance déconcertante.

« Tous ensemble pour 1030 » mais sans nous !

« Donc, la maxime que la LB mettait en avant électoralement « Tous ensemble pour 1030 » était d’application mais à géométrie variable à l’égard des 47 membres de la liste.

Ce qui est certain, c’est que tout était planifié avant même le résultat du scrutin. Le nom d’une candidate, qui, entre temps n’a fait que 800 voix, était déjà donné en tant qu’échevine.

3 échevins électoralement illégitimes ! Ce n’est pas la voix du peuple !

Mehmet Bilge, fort de ses 1071 voix, ne reçois qu’une suppléance au niveau d’un échevinat passager.

Alors même que 3 personnes qui ont fait beaucoup moins de voix que lui, ont un échevinat de manière sûre et pérenne lors de cette législature.

Nous ne comprenons toujours pas à l’heure actuelle le « Pourquoi » de ce rejet, d’injustice et de non-cohérence entre les paroles et les actes de la LB.

Lors de ma première rencontre avec le bourgmestre Bernard Clerfayt, j’ai voulu partager avec lui les problèmes de Schaerbeek que je trouve importants. Par exemple, la simple question des cartes de riverains et de cette différence de montant avec d’autres communes. J’ai eu pour seule réponse : « On va bientôt l’augmenter à 35 eur ! »

Je lui ai répliqué que ce n’était pas juste du tout et qu’il fallait absolument changer ce mode de surcharge. Dans le même temps, la mise en piétonnier de Place de la Reine en vue d’une transformation en quartier d’étudiants, n’est pas une solution adéquate pour la réalité du terrain du quartier Haecht-Méridien. » rempile Yusuf Yildiz avec les doigts entremêlés.

Nous ne réglons pas les problèmes à 1030, nous en faisons !

« Nous avions des avant-projets concernant les PMR (personnes à mobilité réduite) et de la sécurité à l’école et aux alentours des écoles schaerbeekoises.

Après discussions avec le bourgmestre, il n’y aurait aucun budget prévu pour ce genre de choses ! Pourtant, ce n’est pas difficile.

« Vous être tellement occupé à gaspiller votre argent dans n’importe quoi pourtant durant la période pré-électorale ces mêmes sujet intéressaient très fortement le même bourgmestre ! »

Avant de nommer les échevins, on doit les élire lors de l’installation du Conseil. Nous avions reçu pour mot d’ordre : « Vous êtes obligés de valider les échevins que l’on a désigné sinon vous serez sanctionnés par le parti. »

Pourtant ces votes sont anonymes mais vous devez, quand même, les montrer à votre voisin pour afin qu’il vérifie bien que cela a été dans le cadre des exigences.

J’ai même refusé de signer un papier qui obligeait les conseillers de signer « Oui » aux échevins désignés pour le Collège ! » termine son propos Yusuf Yildiz.

Mon nom de famille « Kose » m’a automatiquement botté en touche !

« Le nom de famille Kose m’a, dès le début, automatiquement botté en touche. En effet, je partage le même nom de famille que l’ancien échevin Sait Kose. Mais cela ne pas être handicapant au point d’écarter une personne de toute interaction. » commence par expliquer Emel Kose.

« Le problème est arrivé à la surface au moment de notre refus d’être candidats DéFi : « Vous n’êtes venus à notre parti donc nous vous rejetons !

Hier lors de la réunion avec le bourgmestre dans le cadre de notre démission, il nous clairement demandé ce que nous voulions ? Nous avons répondu de la même manière que depuis le début : Nous ne voulons rien, mais nous voulons pour les schaerbeekois ! Est-ce tellement difficile d’intégrer le fait que nous n’avons besoin d’aucun intérêt tant pécuniaire que professionnel de la commune en notre personne mais plutôt d’un travail en faveur de la communauté schaerbeekoise.

On ne veut pas d’argent de mandats, nous travaillons déjà !

Le bourgmestre pensait que nous étions dans une attente pécuniaire voire de statut mais cela ne nous intéresse pas. Nous sommes là pour Schaerbeek et c’est tout !

Enfin, toujours dans l’esprit du rejet, lors de la nomination des conseillers de police, je me suis proposé en tant candidat pour ce poste. Les candidatures de tout le monde ont été signées par le bourgmestre pourtant il a fait fi de signer la mienne alors même que le partenaire Ecolo avait signé ce document. Je lui ai rappelé qu’il avait omis de signer ma candidature à la suite de quoi il s’est quand même décidé de le signer !

Mais nous voterons au Conseil Communal en âme et conscience !

Finalement, il faut savoir aussi qu’en tant que conseillers indépendants désolidarisés de la LB, nous voterons lors des Conseils mais en âme et conscience. Si la LB propose des projets ou ordonnances dans le sens des citoyens schaerbeekois alors nous validerons ces projets sinon ce sera sans nous ! » ont donc soumis leurs arguments de démission Emel Kose et Yusuf Yildiz.

EO / La Manchette

Une pensée sur “Elections Schaerbeek Emel Kose et Yusuf Yildiz : “Nous avons toujours été mis de côté !”

  • décembre 12, 2018 à 11 h 44 min
    Permalink

    Ca fait des années qu’on parle des candidats attrape-voix mais les gens sont sourds.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *