En l’honneur du défunt Haci Oktay Korkmazer, cet homme doux et bon !

Une cérémonie de commémoration à l’honneur de “l’absent” Haci Oktay Korkmazer a été donnée par la famille Korkmazer.

Mahmut (frère du défunt), Koray (fils du défunt) et Kazim Korkmazer (neveu du défunt) ont organisé un repas dans le cadre de la cérémonie de deuil.

Toute le famille Korkmazer était présente au grand complet. Quelques 500 invités étaient présents dans une des salles prestigieuses de Birmingham Palace.

Des versets coraniques psalmodiés par l’imam Omer Bektas ont introduit ce cérémonial particulier et cher notamment au monde musulman.

La liturgie a été suivie par un repas en 3 services concocté par Aysel Urfali qui se présente étant la cheffe “coq” préférée du défunt Haci Oktay.

Certains invités ont même pu partager des souvenirs anecdotiques avec Haci Oktay qui était un homme profondément bon.

Emir Kir, bourgmestre de Saint-Josse a rappelé la force de caractère de cet homme qui a toujours souri à la vie. Les bienfaits d’Oktay Korkmazer sont innombrables, on en pourrait écrire un livre !

Osman Bilal a même rappelé un souvenir avec le défunt dans une salle de sports à Schaerbeek qui a encore une fois rappelé o combien le partage était important pour cet homme bon.

Parmi les invités, on pouvait compter sur la participation des politiciens Emir Kir, Sait Kose, Mehmet Bilge, Hasan Koyuncu et Sadik Koksal.

Tosed, association d’hommes d’affaires belgo-turque, était aussi réprésentée par son président Melih Kizavul et son équipe Mehmet Turkoz, Yilmaz Ozcan, Yalcin Sahankaya et Mustafa Taskiran. L’ancien président de l’asbl Eyad Metin Edeer a aussi acté présence.

Le discours du frère de “l’absent” Mahmut Korkmazer était plein d’émotions. “Mon frère avait une place indescriptible , c’était mon ami ! Il avait ses allures de quelqu’un d’attachant et d’aimant. Il avait une personnalité au cœur immense. Je voudrais tous vous remercier pour votre présence nécessaire. J’aime mon frère, je ne l’oublierai jamais. Que Dieu lui ouvre les portes du paradis.” a soldé son intervention Mahmut Korkmazer le cœur lourd ému aux larmes.

Erkan Ozdemir / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *