Done Sonmez : la prétendante d’origine turque au Parlement bruxellois !

Aux dernières régionales de 2014, Done Sonmez avait obtenu 1.903 voix.

Issue d’un quartier populaire de Schaerbeek, elle s’est déjà illustrée à plusieurs reprises au sein du Conseil Communal de la Cité des Anes où il ne fait pas toujours bon vivre quand on est dans les rangs de l’opposition.

Mais il faut dire que Done Sonmez se bat sans relâche sur le droit des femmes, son violon d’Ingrès.

Jongler avec vie familiale, vie professionnelle et vie politique n’est évidemment pas une mince affaire. Mais Done Sonmez n’a jamais perdu la moindre seconde quand il s’agit de monter au créneau quant aux attentes des schaerbeekois et à plus forte raison de schaerbeekoises.

A plusieurs reprises, elle s’est mise en avant, lors de cette campagne, en organisant une série illimitée de rencontres citoyennes à travers lesquelles elle n’a cessé de répéter les méfaits d’un gouvernement MR-NVA qui impactent la vie quotidienne de bruxellois. En effet, les bruxellois sont les oubliés de ce gouvernement fédéral dont le mot d’ordre principal est l’austérité.

Souvent accompagnée par le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir, Done Sonmez est, à plus d’un titre, le relai de notamment la communauté turque de Bruxelles. Elle a pu s’imposer en une véritable force vive du PS et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Par ailleurs, elle a le soutien direct de sa section 1030 sans oublier la bienveillance du bourgmestre Kir à son égard. Plusieurs fois, Emir Kir a rappelé l’importance cruciale de voter en faveur d’une femme issue des quartiers pauvres de Bruxelles au Parlement bruxellois.

Durant ces derniers mois d’une campagne intense, elle n’a pas laissé une miette. Après avoir ratissé large par le biais de réunions privées afin d’énoncer les différents thèmes du programme régional socialiste à ses interlocutrices, elle n’a pas hésité à mener un vrai combat de titans dans les rues de Bruxelles jusqu’aux petites heures du matin.

Il faut rappeler que le mois de Ramadan a effectivement décalé le comportement normal des citoyens qui rompent leur jeûne aux alentours de 21h30.

La campagne se déroule évidemment aussi tambours battants en soirée lors des « iftar » auxquels Done Sonmez est toujours invitée.

Aussi très présente dans les marchés bruxellois, elle se fait interpellé par une multitude de dames qui lui adressent des questions parfois insolites. Elle n’hésite pas à noter les questions afin d’y apporter des solutions même a posteriori.

Dernièrement, elle tape du poing sur la table lors du dernier Conseil communal concernant le dossier de la petite guinéenne de l’Ecole n°1. Ce dossier de suspicion de viol sur mineure de 4 ans avait marqué les esprits mais heureusement s’était soldé par une infection de la petite fille.

Dans ce cadre précis, Done Sonmez avait exigé de la majorité communale de faire un recensement des mesures de sécurité dans et aux abords des écoles communales. Elle avait été d’ailleurs grandement sollicités par les associations de femmes émues par ces faits heureusement non-avérés.

Par ailleurs, elle se bat bec et ongles sur le sujet tout aussi sensible des cartes de riverains. Elle veut une harmonisation des tarifs appliqués sur ces cartes tout en sachant que les fluctuations de prix sont trop nébuleuses. Le fait d’obtenir une carte de riverain à Saint-Josse (commune voisine) pour 5€ et 28€ la même à Schaerbeek est illogique.

De manière dézoomée, elle veut bucher sur un travail régional dans le sens de la revalorisation du pouvoir d’achat des familles à travers ces petites futilités. D’un point de vue de santé publique, elle revendique le droit à la gratuité de la médicine de proximité, la diminution des prix de médicaments et aussi la gratuité des garderies dans les écoles.

Enfin, le positionnement du président Elio Di Rupo concernant la taxation des grosses fortunes est, pour elle, un projet qui doit aboutir à tous les niveaux de pouvoir. Prendre chez les riches et donner aux moins nantis doit être droit démocratique strictu sensu.

« En que femme issue de l’immigration, je voudrais m’imposer en porte-parole des minorités faibles notamment du genre féminin » finit par déclarer Done Sonmez à l’interview exclusive accordée à La Manchette.

Erkan Ozdemir / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *