Mobilité : le tachygraphe des camions est dans le collimateur de la justice

Le parquet fédéral mène, en collaboration avec la police judiciaire fédérale de Flandre occidentale et la police fédérale de la route, une enquête sur un piratage du logiciel utilisé dans les tachygraphes.

Le logiciel manipulé permet de désactiver complètement l’enregistrement par le tachygraphe et est si sophistiqué qu’il ne laisse pratiquement aucune trace. Il est ainsi devenu pratiquement impossible pour les services de police de détecter cette fraude au moyen d’un contrôle régulier.

Dans le cadre de ce dossier de cybercriminalité, le parquet fédéral échange des données avec le parquet fonctionnel néerlandais, qui mène une enquête parallèle.

En juin, le juge d’instruction Deraeve, du tribunal de première instance de Flandre occidentale, a fait intervenir les services de police dans ce dossier. Deux personnes de nationalité polonaise avaient été placées sous mandat d’arrêt. L’une d’elles avait été prise en flagrant délit d’installation du logiciel manipulé dans différents tachygraphes. Celle-ci se trouve toujours actuellement en détention préventive.

Depuis, la suite de l’enquête a permis la saisie et le démantèlement de tachygraphes manipulés dans différentes entreprises de transport tant en Belgique qu’aux Pays-Bas.

Il existe des indices sérieux indiquant que le logiciel manipulé serait vendu dans toute l’Europe et que des milliers de camions seraient aujourd’hui équipés d’un tachygraphe manipulé. Cela rend impossible d’imposer le respect des temps de conduite et de repos, avec toutes les conséquences que cela implique pour la sécurité routière et les conditions de travail des chauffeurs concernés.

Dans l’intérêt de l’enquête, aucune autre information ne sera communiquée sur ce dossier pour l’instant.

source : parquet de Bruxelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *