FC Saint Josse – US Ophain : Renvoi dos à dos mais une 3 ème mi-temps de haut niveau

Avec le froid ambiant annonçant en demi-teinte une saison hivernale chaotique, les joueurs des deux équipes ont pu développer leur jeu malgré le terrain glissant du stade éverois de Georges Pêtre. Suite à une bonne période de visualisation des joueurs adverses, les joueurs tennoodois ont été à tâtons face aux brainois. L’union sportive d’Ophain qui a retrouvé, il n’y a donc pas très longtemps, le championnat P2 grâce à leur coach dynamique Frédéric Balan était aussi très observatrice à la première mi-temps.

FC Saint-Josse garde toujours la tête du championnat P2 avec ses 26 points. L’ex aequo aurait pu être évité à travers des occasions parcimonieuses qui n’ont malheureusement pas vu les filets du cadre.

Les 3 points auraient réconforté fameusement l’équipe de Bruxelles à la tête de ce classement très convoité. L’entracte n’a pas remotivé les troupes sur le terrain. Les échanges étaient parfois très durs mais l’entente est restée à la hauteur des attentes. En parlant d’attentes, US Ophain est classé 7 ème dans le même classement à deux points de Genappe. L’équipe eut espérer se définir comme étant un outsider mais rien n’y fait, le Fc Saint Josse et sa nouvelle équipe dirigeante garde la flamme olympique jusqu’à destination.

L’échevin des Sports de Schaerbeek, Sait Kose a fait la surprise de participer au coup d’envoi du match, lequel il a suivi jusqu’au coup de sifflet final. Nedim Kocaslan, le coordinateur de la Fédération belge des sports et activités culturelles turques, a aussi marqué présence dans les rangs des tribunes.

Quant à la troisième mi-temps, elle en a fait parler d’elle ! Il s’agit de babyfoot cette fois-ci.

Le bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir s’en est donné à cœur joie. Une petite démonstration des exploits techniques de Kir et d’Erol Savas en ont surpris plus d’un. La petite partie entamée était tellement enflammée que les duels se sont succédés dans une ambiance bon enfant. Cette atmosphère particulière et surtout familiale à laquelle le président Hasan Salar investit beaucoup en temps et en argent est désormais la marque du club.

Enfin, les résultats des duels baby-footballistiques étaient meilleurs et toujours du côté de l’écharpe maïorale toujours en quête de victoires.

Erkan Ozdemir / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *