Parlement Bruxellois : le député Emin Ozkara met le paquet en faveur des personnes à handicap

En analysant la série interminable de questions parlementaires, on peut clairement définir que le député bruxellois Ozkara assomme littéralement ses collègues sur des sujets tant pointilleux que cruciaux.

Ces derniers temps, il s’est mis un point d’honneur de réaliser un recensement de toutes les actions mises en application au cours de cette législature sur les personnes porteuses d’handicap.

En effet, trop souvent oubliée, cette frange de la société est une réalité indéfectible qu’il faut soigner avec des décisions politiques. Le député Ozkara, d’origine schaerbeekoise, placé en orbite, débroussaille ce terrain sensible.

Par ailleurs, n’oublions pas que chaque action entreprise en faveur des personnes à handicap doit être liée à une équation budgétaire assez couteuse. La mobilité des PMR est un réel enjeu politique qui doit attirer les convoitises.

Par exemple, agencer le mobilier urbain en termes de facilités aux personnes PMR représente un gros poste budgétaire.

Voici la dernière question du député PS Emin Ozkara concernant les personnes porteuses d’handicap au Ministre-Président chargé des Pouvoirs locaux, du Développement territorial, de la Politique de la Ville, des Monuments et Sites, des Affaires étudiantes, du Tourisme, de la Fonction publique, de la Recherche scientifique et de la Propreté publique, Rudi Vervoort.

« Au cours des dernières années, la façon d’aborder la question du handicap a beaucoup évolué.

Ainsi, on ne parle plus, aujourd’hui, de « personnes handicapées » mais, plus adéquatement, de personnes « porteuses d’un handicap », ce qui permet de bien faire la distinction entre la personne et le handicap qui l’affecte. L’Union européenne parle quant à elle dans ses communiqués de personnes en situation de handicap.

Les principaux éléments de la Convention des Nations Unies retrouvent d’ailleurs dans la stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées. En Région de Bruxelles-Capitale (RBC), l’ordonnance du 8 décembre 2016 portant sur l’intégration de la dimension du handicap dans les lignes politiques de la Région de Bruxelles-Capitale introduit « le handistreaming » qui prend en compte la dimension du handicap, la protection et la promotion des droits de l’homme des personnes handicapées dans toutes les politiques par les personnes responsables de l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de ces politiques ».

D’après l’article 4, § ler, de cette ordonnance, chaque ministre et secrétaire d’État du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale applique le handistreaming dans toutes les politiques, mesures et actions relevant de ses compétences. L’appareil législatif garantissant les droits des personnes porteuses d’un handicap existe et l’une des priorités du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale est de garantir l’inclusion des personnes en situation de handicap dans l’ensemble des domaines couverts par l’action publique.

Malheureusement, les personnes porteuses d’un handicap se heurtent encore à trop d’obstacles pour exercer pleinement leurs droits.

Avec l’ordonnance du 8 décembre 2016, chaque ministre et secrétaire d’État veille, dans les domaines relevant de ses compétences, à ce que les services publics régionaux recueillent des données statistiques qui permettent de formuler et d’appliquer des politiques visant à donner effet à la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, faite à New York, le 13 décembre 2006. Je souhaiterais savoir, depuis la publication au Moniteur belge de l’ordonnance du 8 décembre 2016 :

  • Quels sont les nouveaux plans de gestion, contrats de gestion et autres instruments de planification stratégiques des services publics régionaux relevant de vos compétences dans lesquels le handistreaming a été intégré ? Qu’en est-il de la note d’incidence reprenant l’aspect handicap ?
  • Quels sont les services publics régionaux relevant de vos compétences qui ont recueilli des données statistiques ? Quelles sont précisément les données qui ont été recueillies ? Qui a effectué la collecte des données ? Quel en a été le cout ?
  • En ce qui concerne votre cabinet, avez-vous reçu des candidatures de personnes souffrant d’un handicap et l’ayant mentionné ? Si oui, combien ? Ce nombre est-il en augmentation par rapport aux années précédentes ? Combien d’équivalents temps plein et de personnes souffrant d’un handicap y travaillent ?
  • En ce qui concerne l’accessibilité des espaces publics innovants de notre Région aux personnes souffrant d’un handicap, quels sont les projets de travaux d’aménagement subventionnés par la Région dans lesquels la dimension du handicap a été intégrée ? Quels sont les aménagements concrets qui ont été apportés à ces espaces publics innovants afin de favoriser une plus grande autonomie des personnes en situation de handicap ?

Erkan Ozdemir / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *