Anas Ben Abdelmoumen : « Se dirige-t-on vers une disparition totale des agences bancaires dans les quartiers populaires de la Ville de Bruxelles ? »

Un phénomène alarmant devient de plus en plus criant sur le territoire de la Ville de Bruxelles. Se dirige-t-on progressivement vers une disparition totale de distributeurs de billets et agences bancaires dans les quartiers populaires ?

Anas Ben Abdelmoumen conseiller communal à la Ville de Bruxelles s’en inquiète fortement : « Une banque privée se soucie peu du bien collectif de la société civile mais plus de son intérêt économique et financier. En effet, elle aura plus tendance à s’installer sur un territoire prospère où l’activité économique a le vent en poupe. Ce qui malheureusement, n’est pas le cas de plus en plus de quartiers populaires où la population est constituée à la fois d’une classe moyenne et plus précaire. C’est le cas notamment de la rue Francois Vekemans (pourtant artère commerciale de Neder-over-Heembeek) où les commerces ferment les uns après les autres ».

Le conseiller, souligne également le fait que : « Malgré les nouvelles applications bancaires que tout un chacun peut intégrer dans son smartphone, nous permettant de payer nos factures, faire des virements, etc. et de facto, nous éviter de se déplacer dans une banque. Il reste le problème de liquidité ! Qui permet non seulement au citoyen de combler ses besoins quotidiens mais aussi de favoriser la croissance économique de l’économie locale.

De surcroît, tout le monde n’a pas la chance et les moyens d’acquérir un smartphone ou un ordinateur pour pouvoir effectuer des transactions bancaires en ligne. Et parfois même, une partie de la population plus nostalgique n’a pas confiance en Internet et regrette ce lien de proximité qu’existait entre un agent commercial et son client ».

Quelle marge de manœuvre de la part des pouvoirs publics ?

« Les autorités publiques n’ont pas de leviers contraignants légaux ! Cependant, l’échevin des affaires économiques peut agir indirectement ! Comment ?

Tout simplement en exerçant ses compétences de manière équilibrée sur tout le territoire de la Ville. Depuis son entrée en fonction, les quartiers riches sont de plus en plus favorisés au détriment des quartiers populaires qui ne font que s’appauvrir. A court et moyen terme, il me semble que l’unique moyen d’attirer à nouveau les distributeurs de billets et agences bancaires dans les quartiers, est de construire une nouvelle croissance économique locale à travers des mesures plus audacieuses, concrètes, modernes et justes ! En outre, la piste bpost (tenue d’installer au moins un distributeur de billets au sein d’une commune si absence totale de distributeurs il y a) n’est non négligeable », termine le conseiller communal Anas Ben Abdelmoumen.  

E O / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *