Parlement Bxl : Emin Ozkara interroge à propos des femmes sans-abri

Par ces jours de grands froids, il est fait indéniable d’assister à des drames sociaux ou familiaux dans les rues.

Des femmes sans-abri sont de plus en plus présentes, assises sur des bouts cartons, en coin de trottoirs avec un enfant.

Dans ce cadre, le député régional Emin Ozkara prend les devants et interroge communément les ministres Alain Maron (Action sociale à la COCOF-Ecolo), Elke Van den Brandt (Action sociale-COCOM) et Nawal Ben Hamou (Egalité des chances-PS).

“D’après la Fondation Roi Baudoin, la très grande précarité et l’absence de logement touchent un nombre croissant de femmes. Moins visibles que les hommes dans l’espace public, les femmes en errance présentent des vulnérabilités particulières, d’autant plus qu’elles sont souvent accompagnées d’enfants.

Bien qu’il existe des profils variés de femmes en errance, deux profils distincts ressortent quantitativement : des femmes souffrant de problèmes chroniques de santé mentale et des femmes victimes de maltraitance.

La perte de logement et les problèmes conjugaux (avec ou sans violence) constituent les premières causes d’errance pour les femmes. À Bruxelles, le dénombrement organisé fin 2018 par “La Strada” indique une augmentation générale des personnes sans-abri, en comparaison avec 2016. Entre 2016 et 2018, on recense +64% de femmes dans l’espace public, +33% de femmes et +64% d’enfants en hébergement de crise ou d’urgence.” interroge le député socialiste.

Emin Ozkara rappelle que : “des acteurs du logement tels que les Agences immobilières sociales (AIS) ou les Associations d’Insertion par le Logement (AIPL) joue un rôle important vis-à-vis du public sans abri.”

Les questions du député vont toutes dans le sens de ce qui est cours de réalisation en faveur des femmes en errance par les institutions d’aide au logement.

E O / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *