Edito ; “les musulmans sont les plus grands ennemis des musulmans”

Voici un article que j’avais rédigé en 2016 et que je trouve bon de repartager !

Un enseignement rapporté du Prophète Muhammed (que paix et bénédictions l’accompagnent) nous apprend que, lors de son Hégire vers Yathrib, il fit une invocation.

Pour les novices, les faits et gestes du Prophète constituent un véritable capital bien-être pour les musulmans qui doivent puiser dans ce réservoir une doctrine religieuse infaillible.

Yathrib est l’ancien nom de Médine, ce dernier prend son origine et son sens à la suite de l’arrivée du Prophète dans cette ville et pourra ainsi se traduire par « La civilisation ».

Dans l’invocation en question, Il demanda notamment à Dieu « d’aimer et d’être aimé par Médine » (comprendre d’être aimé par les Médinois et d’ainsi pouvoir diffuser la parole divine).

Le Messager de Dieu avait donc toujours cette préoccupation « d’être aimé » par les gens qu’Il rencontrait tout au long de sa vie.
Quant à la transposition de cet enseignement à nos jours, nous pouvons clairement définir, et cela sans hésiter, que nous sommes tous de mauvais musulmans.

Pour faire le lien avec mon écrit précédent et sans rentrer dans la peau d’un islamologue, quelles devraient être la position des millions de musulmans de par le monde par rapport aux multiples conflits « religieux », notamment dans le Moyen-Orient ?

D’aucuns me rétorqueront avec une aisance déconcertante qu’il s’agit là d’un conflit irréversible ayant cuvé son vin depuis trop longtemps et que finalement un tas d’intérêts économiques a pris le dessus sur la raison.

Je répondrai par l’affirmative (c’était d’ailleurs mon propos dans l’article précédent) mais je voudrais mitiger l’analyse sous un angle de vue différent et plus philosophique.

En mettant le focus sur le monde musulman, nous pouvons voire une relation de cause à effet manifeste.

Evidemment, les raisons qui poussent, certains « musulmans » fragiles d’esprit, à croire que créer un Etat «d’Improvidence» résoudra tous les maux par l’insurrection est une utopie blasphématrice qui va à l’encontre de tout principe interreligieux.

La fraîcheur à rajouter dans tout cet imbroglio parcellaire avec un arrière-goût amer d’intérêt pécuniaire et usant d’une force militaire inéluctable serait de ramener le débat aux piliers diplomatiques du Prophète. A l’heure actuelle et de manière impartiale, il est indéniable que les musulmans, sous prétexte d’appartenance à quelconque ethnie orchestrée par un Islam « Incompris», rompent le lien déjà minutieusement ébréché  de l’enseignement prophétique.

Nous ne pouvons pas rester stoïques face à la désolation humaine qui se déroule à nos portes et qui nous rend moins musulmans de jour en jour. Les musulmans sont les plus grands ennemis des musulmans car nous ne réagissons pas avec diplomatie. Nous ne voyons pas en nous des médinois devant être conquis par la sagesse, le vivre-ensemble et l’éloquence délicatement intelligente.

Pour conclure, face au silence assourdissant des millions de musulmans qui voient en ces réfugiés politiques juste des personnes à plaindre, je voudrais exprimer mon droit à la parole avec diplomatie et inviter tous ces mauvais dirigeants des pays du Moyen-Orient à s’asseoir et à négocier comme de vrais musulmans.

L’heure n’est plus aux salamalecs usuels donc quitte à redéfinir une nouvelle carte géographique de cette partie du monde, à vous partager les terres par ethnie, à faire de la Syrie 5 pays différents, nonobstant tout ceci, arrêtez ce massacre et soyez de bons médinois !

Erkan Ozdemir / La Manchette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *