Saint-Josse soutient ses commerçants !

Plusieurs mesures politiques ont été prises par le Collège des Bourgmestre et Echevins de Saint-Josse en faveur des indépendants et artisans, des commerces de proximité et des PME. 
 
En effet, depuis 2015, une aide communale est apportée aux commerçants et artisans désireux d’entreprendre des travaux de rénovation de leur vitrine/devanture commerciale par l’octroi de primes.  Sur la période de 2015 à 2018, Saint-Josse compte 36 devantures commerciales rénovées ou parées de nouveaux atouts grâce à l’attribution de 51 primes pour un montant total de 73.000 €.
 
De surcroît, 2018 a vu la suppression de 3 taxes concernant certaines enseignes, étals et terrasses qui pèsent directement sur les indépendants et commerçants.
 
D’autre part, la commune tout comme la Région, réalise de nombreux travaux en voirie dans le but d’améliorer le cadre de vie, le confort et la sécurité des habitants. Il arrive cependant qu’ils soient lourds de conséquence pour la vitalité des commerçants.
 
Depuis 2018, les autorités accordent à tous commerçants, artisans et établissements horeca ayant subis les conséquences des travaux d’utilité publique avec fermeture de rues durant plus de 60 jours ouvrables, une prime forfaitaire de relance à l’activité économique de 2.000 €.
 
La première année, avec rétroactivement l’effondrement de la Chaussée de Louvain, 30 commerçants concernés par les chantiers de  Madou, Louvain, Scailquin  ont introduit une demande et ont pu bénéficier des 64 000 euros dégagés pour cette nouvelle mesure.
 
Kadir Özkonakci, Echevin en charge des Classes Moyennes se réjouit : « Un grand nombre de commerçants bénéficient de la prime de relance à l’activité économique. L’année se clôture avec 26.000 € octroyés aux 13 commerçants demandeurs. Mais sachez déjà que la quinzaine de commerçants pénalisés par les travaux de 2019 sur la Chaussée de Louvain seront également dédommagés dès 2020. »
 
« La prime attribuée est conséquente et est accordée sans distinction pour les travaux dont le maitre d’ouvrage est la Commune ou la Région de Bruxelles-Capitale. Nous avons tout mis en œuvre pour aider à la relance économique des commerçants, des indépendants et des artisans touchés. C’est important pour l’attractivité et la vitalité  de notre commune » souligne le bourgmestre Emir KIR (PS)
 
Les demandes peuvent être introduites au plus tard 6 mois après la fin du chantier via un formulaire ad-hoc disponible sur le site internet de la commune ou  sur simple demande auprès du service des classes moyennes, rue des Deux Eglises 131.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *