“Affaire des Maires Turcs”: cordon sanitaire à géométrie variable au PS ?

La polémique ne désemplit pas.

En effet, l’affaire de la délégation des maires turcs, dont 2 sont dits « Loups Gris », continu à alimenter l’actualité.

Cette délégation est, en fait « l’Union des municipalités turques » qui, de manière récurrente, pérennise des relations avec l’Europe.

Les maires en question ont participé à un panel d’activités proposées par l’Europe dans le cadre des relations turco-européennes qui n’ont, à proprement parlé, jamais cessées depuis 1963.

Par la même, cette délégation a rencontré le seul bourgmestre turc de Belgique Emir Kir. Ni une, ni deux, l’opposition tennoodoise se jette sur l’occasion afin de jeter l’opprobre sur le maïeur de la commune.

Du véritable pain béni à plus d’un titre pour certains. Après avoir été victime d’une panoplie de menaces et d’une certaine libéralisation facile de la parole haineuse sur les réseaux sociaux, Emir Kir est invité à s’expliquer des faits devant la commission de vigilance du PS.

C’est de bonne guerre surtout que ce levier a été activé par un militant socialiste. Ce qui prouve sans équivoque les craquelures au sein du parti.

Enfin, la dernière estafilade est réalisée par l’ancienne députée régionale, la baronne Simone Weinberger-Susskind qui invite clairement son « camarade » Emir Kir à tout bonnement « quitter le PS » !

Malgré les différents appels à l’accalmie faits par le nouveau président de la Fédération bruxelloise du PS Ahmed Laaouej, les choses s’enveniment donc inexorablement.

Mais, en fouillant plus en avant dans les réseaux sociaux, on peut facilement trouver des photos partagées par cette « Union des municipalités turques » dans lesquelles on peut voir le président du Comité Européen des Régions, Karel-Heinz Lambertz (PS) avec la même délégation de maires turcs.

Précisons tout de même que la délégation turque était présente au 25ème anniversaire de l’existence du CdR en la qualité de visiteurs (présence en tribunes).

Et les photos en question ont été prises par le portable d’un des maires turcs eu égard au fait que la presse n’était pas invitée à l’event.

Or, un cordon sanitaire avait été évoqué à l’encontre du bourgmestre Emir Kir (PS) quant à la visite des bourgmestres turcs par contre il n’en est rien pour le président du Comité Européen des Régions.

Donc, la question légitime qui se pose dès lors :

« Pourquoi ce deux poids, deux mesures quant au choix de la personne contre qui le cordon sanitaire donc une commission de vigilance est imposable  » ?

Erkan Ozdemir / La Manchette

crédit Photo : twiter Türkiye Belediyeler Birligi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *